conseil municipal du 4 février 2016 – prise de parole  » police municipale dans les transports »

Délibération 7/1 - Mise en place d’opérations de sécurisations des transports en commun conjointes Transpole – Police Municipale – Police Nationale

« Je voterai contre cette délibération mais avant je voudrais faire plusieurs remarques :

Premièrement – il paraîtrait que le fraudeur provoque le sentiment d’insécurite – bref on aurait peur quand on constaterait une fraude. Dans la délibération présentée , il est question de chiffres liés à la fraude ( 18, 3  % en 2014 ). Le compte-rendu de la commission de Mr Flajolet mentionne une enquête de satisfaction de Transpole-Kéolis auprès de ses usagers. Elle fait état d’un taux de satisfaction en matière de sécurité  passé de 77% en 2014 à  86% en 2015. Fraude et insécurité ne sont donc pas liées. D’où ma question , pourquoi cette délibération ?

Deuxièmement – dans la délibération , il est question dans le 8e « Considérant… » , d’associer le personnel de Transpole, la Police Nationale et la Police Municipale aux opérations de sécurisation de transport en commun. J’ai demandé en quoi consistait précisément ces opérations , s’agissant de nos agents de police municipale. Je n’ai pas eu de réponse. Sans doute avez-vous considéré que le 9e « Considérant… » de la délibération répondait à ma question. C’est à dire qu’elles auront pour objet le contrôle des titres de transports et si besoin, le contrôle des titres d’identité , et pour objectifs de prévenir les délits , lutter contre la fraude et favoriser la dissuasion.

A ce stade , j’attire votre attention sur l’article 78-6 de la Loi n°99-291 du 15 avril 1999 relative aux polices municipales qui précise que :

« Les agents de police mentionnés sont habilités à relever l’identité des contrevenants pour dresser les procès-verbaux concernant des contraventions aux arrêtés de police du maire, des contraventions au code de la route que la loi et les règlements les autorisent à verbaliser ou des contraventions qu’ils peuvent constater en vertu d’une disposition législative expresse.

Si le contrevenant refuse ou se trouve dans l’impossibilité de justifier de son identité, l’agent de police municipale en rend compte immédiatement à tout officier de police judiciaire de la police nationale ou de la gendarmerie nationale territorialement compétent, qui peut alors lui ordonner sans délai de lui présenter sur-le-champ le contrevenant. A défaut de cet ordre, l’agent de police municipale ne peut retenir le contrevenant. »

Par conséquent si j’ai bien compris le contenu de cet article, et je pense l’avoir bien bien compris, les policiers municipaux n’ont pas plus de pouvoir qu’un contrôleur de Transpole. D’où ma question , pourquoi cette délibération ?

Troisièmement – la société Transpole-Kéolis accuse des pertes financières liées en partie à la fraude. 14 millions d’euros , c’est une somme et je le déplore. Keolis, dans le cadre de la DSP (Délégation de Service Public), s’est engagé à un niveau de recettes et de dépenses. Si le résultat est négatif, il est à assumer par Keolis; aussi il lui appartient de mettre en place des solutions pour lutter contre la fraude;  un contrôle d’accès humain par exemple, comme l’a suggéré Mr Pietrini  [élu majorité municipale- ndlr] en commission ou plus audacieux, la gratuité du-dit transport. Ce n’est pas la mission de notre police municipale d’assurer le bon rendement d’un service de transport privé, fut-il dans le cas d’une délégation de service public. Il s’agit là, dans le cas de cette délibération, d’un transfert de charges que notre ville ne doit pas opérer. D’où ma question , pourquoi cette délibération ?

Quatrièmement : qui assurera la sécurité dans nos rues si une partie de nos agents de police municipale sont missionnés dans les transports en commun ?  Vous n’avez pas prévu de recruter de nouveaux agents il me semble. Pensez-vous que la délinquance routière et la fraude au stationnement sur le territoire madeleinois puissent se passer des interventions de nos agents ?

Cinquiémement – pourquoi conditionner la participation de nos agents de police municipale aux seules stations de Tramway ? Quels chiffres ou enquêtes fiables pouvez-vous nous donner justifiant de ce choix ?

Enfin et ce sera ma dernière remarque : à qui profite cette délibération ? À Transpole/ Kéolis à qui vous avez proposé votre concours sans réelle nécessité ou au vice-président aux Transports de la MEL, et maire de Tourcoing, Mr Darmanin, dont on connait les positions sécuritaires ?  N’est-ce pas à lui que l’on doit

la proposition de loi, actuellement en discussion au Parlement, sur la lutte contre la fraude et le terrorisme dans les transports (oui, oui, fraude et terrorisme sont bien mélangés).

Il n’est pas choquant que des policiers municipaux assurent la continuité du service de sécurité aux abords des transports en commun, d’ailleurs ils peuvent le faire aujourd’hui sans que l’on ait besoin de délibérer. C’est pourquoi, de toute évidence, cette délibération est davantage du ressort de l’idéologie politique que d’une réelle nécessite locale. »

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

conseil municipal du 4 février 2016 – prise de parole « Les vœux de Mr Poutrain aux agents de la ville »

« Monsieur Poutrain,

Récemment , un article de la Voix du Nord titrait, je cite : « La Madeleine : les agents municipaux vont pouvoir donner leur RTT à leurs collègues. » Cet article faisait sans nul doute référence à ce que vous avez annoncé lors de la cérémonie des vœux aux agents municipaux, le jeudi 14 janvier 2016.

Aussi, en votre qualité de conseiller délégué aux Ressources Humaines, pensez-vous sérieusement que, dans un même discours adressé aux agents de la ville, on puisse, d’une part, les encourager, par solidarité, à faire don d’une partie ou de la totalité de leur réduction du temps de travail, et de l’autre, les enjoindre à prendre le temps de vivre, d’aimer, d’écouter de la musique, de lire, de sortir, de profiter de leur famille, c’est à dire en clair, à profiter de leur temps libre ?

Je ne remets pas en cause la sincérité de votre démarche mais comprenez bien que c’est  l’association de ces 2 idées qui m’a interpellée. »

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

conseil municipal du 4 février 2016 – prise de parole  » rapport d’orientation budgétaire »

délibération 5/1 sur le rapport d’orientations budgétaires présenté par Mme Massiet , adjointe aux finances

aux membres du conseil ,

« Le rapport qui nous a été envoyé ne fait pas apparaître les différentes orientations vers lesquelles la ville va diriger sa la politique budgétaire.

Je m’en étonne car c’est quand même ce qui nous intéresse. Comment et à quoi la majorité va-t-elle utiliser l’argent public ?

Est-ce à dire que pour qui consulte les documents du conseil municipal, la madeleinoise X , le madeleinois Y, elle ou il n’aura pas davantage d’informations que l’élu(e) qui n’a pas l’opportunité de siéger à la commission finances.

Dans le rapport qui nous a été envoyé, il n’est question que de charges liées au personnel. Où sont les orientations budgétaires principales ?

Je vous rassure en commission finances nous avons eu davantage d’éléments.

5 orientations ont été définies

  • une en direction de projets structurants

  • une en direction de la protection des biens et des personnes

  • une en direction du lien social et solidaire au service du le vivre ensemble

  • une en direction du cadre et la la qualité de vie et de ville

  • une enfin en direction de l’enfance, la jeunesse et les écoles.

Pour deux de ces orientations, et non une seule comme le rapporte le compte-rendu de la commission, j’ai demandé à ce qu’en soit évalué le coût car un rapport d’orientations budgétaires sans montants chiffrés me posait et me pose toujours question. Je ne trouve pas idiot ni déplacé ni insupportable ni offusquant ni illégitime de poser ce genre de question en commission finances. La réponse de Mme Massiet m’a donné à penser le contraire.

Je remercie d’ailleurs Mr Carré d’avoir appuyé ma demande, le compte-rendu n’en fait pas non plus mention.

Aussi , de nouveau je pose ces deux questions :

  • Quel est coût de la politique sécuritaire  à La Madeleine ?

  • Quel est le coût de la politique sociale et solidaire  à La Madeleine ?

Je ne pense qu’une estimation soit impossible étant donné l’inventaire qu’on vient de nous faire oralement. »

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

conseil municipal du 4 février 2016 – prise de parole  » nouveau siège de la MEL et partialité »

 Délibération 4/1 – Projet de valorisation du quartier de la Métropole Européenne de Lille – rues du Ballon et de la Communauté – concertation préalable

à Mr Jegou, adjoint à l’urbanisme

« Je ne comprends pas la présence de cette délibération à l’ordre du jour de notre conseil municipal car elle concerne le territoire lillois.

Il me semble que la MEL, ordonnateur du projet dont il est question, a agi en respect de la loi ; il y a eu une information dans son magazine, un registre en ligne a été ouvert, une réunion publique à laquelle nous élu(e)s d’opposition n’avons pas été conviés s’est tenue le 14 décembre 2015 et la concertation préalable court jusqu’26 février de cette année. Que veut-on de plus ?

Certes ce projet impacte le territoire madeleinois, mais à la marge et il est à souhaiter, pour eux, que les habitants et riverains de la MEL aient su s’organiser et se prendre en charge pour défendre auprès de la MEL leur point de vue. Il est bien évident que si la majorité actuelle avait fait le choix de mettre en place des comités de quartier, la mobilisation citoyenne serait plus facile, plus efficace et sans doute aurait elle plus de poids.

Est-ce la présence d’un membre-élu de notre conseil et riverain concerné par ce projet qui aura motivé la présence de cette délibération ?

Je comprends que la ville s’intéresse aux projets métropolitains qui la touchent mais je regrette sa partialité. Cette délibération en est un exemple, sans parler de celle  du tram-train qui ne  devait concerner que les commerçants de le rue du Général de Gaulle, puisqu’ils étaient les seuls conviés à vos réunions publiques-privées.

Ainsi, pourquoi les Madeleinois, tous et sans distinction, ne sont-ils pas informés des concertations métropolitaines qui les concernent. Je pense à cette dernière concertation « grand public » dont la date butoir était le 22 janvier 2016 sur la future politique agricole et alimentaire de la MEL. Elle aurait sans doute intéressée l’ensemble des Madeleinois et pas seulement les Amapiens cad les adhérents d’une AMAP, une association d’aide au maintien de l’agriculture paysanne

D’ailleurs et pour conclure cette intervention , je réitère mon souhait que soit organisé un fois l’an, un conseil municipal dédié aux questions métropolitaines. »

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

le conseil municipal du 4 février – prise de parole  » rapport d’activité de la MEL »

Délibération 1/2 Sur le rapport d’activité de la MEL( pas de vote sur cette délibération)

Je regrette que votre commission,Monsieur le Maire,  ne se soit pas réunie en amont de ce conseil municipal.

Sans doute votre emploi du temps, serré en ce mois de janvier, ne vous a-t-il pas permis de la mettre en place.

En tout cas c’est bien dommage car si votre commission s’était réunie, on aurait pu disposer des documents sans perte de temps.

J’ose espérer que vous ne jugez pas secondaire un rapport qui ne donne pas lieu à un vote.

Cependant je porte aujourd’hui une demande assez singulière. En effet je souhaiterais qu’une fois par an, soit organisé un conseil municipal extra-ordinaire consacré aux questions métropolitaines.

En votre qualité de vice-président de la MEL vous appartenez à la majorité et avec vous, trois élus communautaires. Il ne me paraît ni absurde ni farfelu d’avoir un compte-rendu de vos prises de position et votes, lors des conseils communautaires, ni de savoir à quels groupes de travail vous participez. Au contraire cela me paraît sain et cela serait d’une plus grande lisibilité et d’un plus grand intérêt qu’un rapport annuel d’activité de plus de 40 pages envoyé par mail une semaine avant le conseil.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

le conseil municipal du 4 février – prise de parole  » friche Huet « 

Ci-après, les prises de parole de l’élue EELV, Laurence Brassart

  • Avant le vote d’adoption du compte-rendu de la séance du 8 décembre 2015

à Mr Leprêtre,

« Lors notre dernier conseil, avant le vote de la délibération 1/3 portant sur l’attribution du marché de maîtrise d’oeuvre pour la construction-réhabilitation de l’ancienne chaufferie Huet en salle d’art, de culture et de spectacle , vous avez annoncé que les noms et prénoms des victimes des attentats meurtriers de la salle du Bataclan à Paris le 13 novembre dernier seront inscrits dans l’enceinte de ce nouveau lieu culturel pour leur rendre hommage.

Cette annonce m’a beaucoup surprise et prise de court. Sachez que d’ores et déjà, je refuse de m’associer à cette décision mortifère.

Pas parce que c’est une décision prise par vous-même, de façon unilatérale, sans discussion ni concertation possibles , sans même de délibération, comme nous l’avons fait pour donner au jardin « sans nom « de la Nouvelle Madeleine celui de Yvonne Abbas.

Non. Je pense que cette décision a été prise sous le coup de l’émotion, dans l’urgence, et peut être sans recul. La date choisie pour l’inauguration, le 13 novembre 2019 est déjà fort symbolique. Et je vous fais d’avance confiance pour ce qui sera, à cette occasion, de marquer le coup et y aller d’un couplet patriotique au refrain républicain. Au nom de mes valeurs, je refuse de tomber dans le piège de la surenchère émotionnelle et de la récupération politique.

Nous l’avons dit, ce projet architectural qui a fait l’unanimité parmi les membres du jury est ambitieux et répond à notre volonté de transformation d’un ancien lieu industriel en lieu de culture dédié à l’art et au spectacle vivant, tous les spectacles vivants. De grâce, n’en faisons pas un monument aux morts. Laissons aux artistes le soin de nous interpeller, de marquer nos esprits, de nous faire agir et réagir face aux obscurantismes de tout poil, de remuer en nous des émotions et ainsi d’honorer la mémoire des victimes de la barbarie, toutes les barbaries. »

 

 

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Sécurité, Identité et Nationalité

Dans un grand silence, la peur a remplacé l’espoir. Un an après l’esprit du 11 janvier, étincelle d’un réveil citoyen dans la nuit politique, Sécurité, Identité et Nationalité ont usurpé notre devise républicaine. Où est l’espoir , quand la police municipale est armée, l’artiste, les lectures, le déplacement contrôlés ? Quand l’action et la parole citoyenne désertent la sphère politique laissant le champ libre aux professionnel-LE-s de la tribune ? N’y a-t-il pas urgence à réagir ? N’avons-nous pas touché le fond aux dernières élections ? Nous, Madeleinois, avons besoin de vérité, et d’espoir.

Ce texte est celui de la tribune de notre groupe publiée dans le magazine municipal de février. Rappel:  chaque mois, nous avons le droit un texte de 603 caractères (nombre déterminé suite à un savant  calcul proportionnel  à celui des résultats aux élections municipales)

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail

Attentats à Paris

Tribune commune aux deux groupes de l’opposition municipale à La Madeleine Ensemble pour l’avenir de chacun et La Madeleine, une nouvelle ère, un nouvel air

Notre pays est plongé dans le deuil. La tragédie qui a frappé Paris en son coeur et dans sa chair, le 13 novembre dernier, aurait pu toucher chacun d’entre nous, ailleurs. Aux proches des victimes de cette barbarie, nous exprimons notre plus profonde solidarité.

Lire la suite

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail